AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Roi Lion 4, La Guerre des Clans
Coucou toi ! ♪

Nope ! Ne te cache surtout pas ! Je crois que je te reconnais... Mais je n'en suis pas sure. Tu ne voudrais pas m'aider à t'identifier ? C'est simple, si je te connais déjà, tu cliques sur "Connexion" et tu me rafraichis un bon coup la mémoire ! Si ce n'est pas le cas et que c'est la première fois que tes petits coussinets parcourent le forum, tu cliques sur "S'inscrire" et tu viens te présenter, pour que je te connaisse.

Ne t'en fais pas, d'habitude, je n’oublie personne. Mais là, tu es flou dans mon petit esprit...
Si tu es nouveau, va lire les réglements, te présenter et présenter ton personnage. Ensuite, si tu es perdu, les membres du St@ff (visibles sur la Page d'Accueil) sont là pour t'aider ! Choisis celui que tu préfères et pose-lui tes questions !

A bientôt j'espère ! ♫


Incarnez un lion, un guépard ou une hyène et intégrez un clan. Le Roi de la Terre des Lions, Kovu, est menacé par les clans ennemis. Saurez-vous aider Kovu ? Où à l'inverse essayerez-vous de devenir à votre tour roi de la Terre des Lions ?
 

Partagez | 
 

 [EVENT] Mohitus/Exilés/Hyènes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mufasa (PnJ)
~ Personnage Non Joué
~ Personnage Non Joué
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 31/10/2013
Localisation : Dans les Cieux

Feuille de personnage
Rang:
Relations:
Age:

MessageSujet: [EVENT] Mohitus/Exilés/Hyènes   Ven 7 Mar - 17:30


EVENT
La proie d'un danger mortel...


Il a fait très chaud ces derniers temps. Ce matin ne fait pas exception et les Mohitus préfèrent rester allongé sous l'ombre de leurs arbres imposants, ce qui est loin d'être difficile lorsque l'on vit dans une forêt. C'est donc aux alentours de la cascade que l'on trouve majoritairement les lions faisant partie intégrante de ce clan. Ainsi, nos amis félins font preuve de malice, ils peuvent se rafraichir sans s'épuiser.
Mwizi ouvre un œil, le visage crispé par l'éclat du soleil à travers le feuillages des grands arbres. Elle pousse un grognement et péniblement se lève, pivote afin de se retrouver plongée dans l'ombre et se rendort avec un sourire satisfait. Seul défaut visible pour elle dans cette journée : son compagnon Akeli est parti faire une ronde afin de surveiller les frontières. Mais ce n'est qu'un défaut temporaire, il a juré de revenir vite. « Le plus vite possible » a-t-il promis avec un sourire amoureux avant de s'enfuir. Mwizi se retrouve donc avec son petit lionceau qu'elle chérit plus que tout et qui gronde faiblement en contournant sa mère, dans un demi-sommeil. Il s'écroule sur sa génitrice et replonge lui aussi dans un sommeil rendu lourd par les chaleurs de ces derniers jours.
Heureusement, une brise très légère souffle aujourd'hui. Cela suffit à détendre les lions et a les rendre heureux. Le temps promet de se rafraichir par la suite.
Quelques heures plus tard, alors qu'il va être aux environ de midi et que le soleil est à son zénith, les lionnes essaient de savoir qui va avoir suffisamment de courage et de force pour ramener à manger. C'est bien pratique de boire, mais il faut aussi se nourrir...
- La dernière fois, c'est moi qui m'y suis collée ! Donc pas aujourd'hui, décrète l'une.
- Oui mais rappelle-toi qu'avant-hier, j'y suis allée aussi !, note une autre.
  Les grondements fusent entre les femelles qui ne veulent en aucun cas avoir à ramener quoi que ce soit. C'est une dispute minable dans le but de conserver sa place à l'ombre, avec les autres. Chacune trouverait injuste de se voir tirer au sort et d'être ainsi obligé de se lever et de partir chasser alors que ses camarades pourraient rester tranquillement installés près de la cascade. Aussi, aucune ne compte se porter volontaire.
Akeli revient. Heureusement d'ailleurs qu'il a réussi à ramener une proie qui suffira a elle seule, à remplir l'estomac du clan. Ce geste met fin aux chamailleries épuisantes des lionnes, qui s'en tirent à cœur joie et décident de se taire pour mieux savourer la nourriture fraiche.
  Mais... Avant cela, Mwizi tient à rappeler que tout le clan se doit d'être présent avant de commencer à manger.
- Si l'un d'entre vous n'est pas là, il ne mangera pas. Et croyez-moi, ce n'est pas moi qui me bougerai parce qu'une bande d'égoïstes n'aura pas voulu partager., déclare-t-elle.  
- Eh bien, majestée..., commence une lionne qui jusque là, s'était montrée assez calme et réservée, je crois me souvenir que mon amie est partie il y a peu pour faire une petite promenade. Je ne la vois pas. Peut-être reviendra-t-elle sous peu. En tout cas je l'espère.
- Eh bien nous l'attendrons, affirme Mwizi d'une voix ferme et sans négociation possible. De toute manière, poursuit-elle, il n'y a rien à craindre.
  Elle sait que si quelque chose était anormal dans la forêt, son compagnon l'aurait rapporté. Hors, tout à l'air normal puisqu'il n'a rien dit.
  La chaleur s'intensifie soudain, on croirait étouffer. Une odeur particulièrement inquiétante se fait sentir et il n'aura pas fallu attendre plus longtemps pour entendre des bruits de course folle. Tous les lions, alertés par ces bruits, se lèvent précipitamment et campent sur leurs quatre pattes. Intrigués, ils attendent. Tout autour d'eux passent des animaux terrifiés. Mwizi, angoissé par tout ce tapage, cherche la lionne disparue du regard. Les lions de son clan s'agitent.
  Enfin, l'absente apparaît. Elle court aussi vite que ses pattes le lui permettent. Elle est terrifiée.
- Majestée ! La forêt... Le feu !
- Quoi !?
  N'y croyant pas, Mwizi bondit dans la direction d'où venait la jeune femelle. Son compagnon a beau l'appeler, elle fait la sourde oreille. La forêt ne peut pas prendre feu ! Tous les lions ne sont pas forcément là... Il se pourrait que des membres du clan soient piégés, en proie aux flammes mortelles. Mais la reine des Mohitus doit bien vite se rendre à l'évidence. Elle s'arrête en voyant les couleurs rouge-orangés détruire les arbres, consumer des corps d'animaux trop lents... Mwizi ne sait pas quoi faire... Ce feu est-il dû aux récentes chaleurs ou est-ce qu'il a été volontairement déclenché ? Sans réflechir, la reine se dit que son rang ne l'autorise pas à délaisser des membres de son clan périr par le feu. Elle se jette donc à corp perdu et imprudemment en direction des arbres qui tombent... Elle manque de se faire piétiner à plusieurs reprises par les animaux de la forêt qui essayent d'échapper à celle-ci. Le carnage...
- Ma-jestée !
Mwizi tourne la tête, une lionne l'a suivie. Elle tente de convaincre la reine de revenir parmi le clan et de leur donner des directives. A l'entendre et a en croire ses dires, les Mohitus sont terrifiés.
- Rentre toi ! Moi, je dois... Je dois aller au secours des lions qui sont peut-être là-bas !
  La lionne n'a pas le choix. Elle n'a pas le droit de désobéir aux ordres de la reine. Cette dernière ajoute :
- Dis à Akeli, au cas où je ne reviens pas...
- Majesté...
- Dis-lui que je l'aime. Et rapporte ceci aux autres : Courrez. Ce sont les ordres de votre reine. Qu'ils s'enfuient loin. Je vous retrouverai si je le peux au coucher du soleil demain soir au plus tard. Fuyez !
  Un arbre s'écroule sur Mwizi une fois la lionne partie. La reine se dégage comme elle peut mais elle est sérieusement blessée à l'épaule droite et son pelage est en partie brulé. Elle boite de l'antérieur droit mais se presse tout de même, s’évertuant à crier :
- Ohé ! Y'a quelqu'un !
  Mais seuls lui répondent le crépitement des flammes, l'odeur de mort dans les narines de la reine et le bruit funèbre des arbres qui tombent. Mwizi le sait, il leur faudra une nouvelle terre en attendant que la forêt redevienne luxuriante...  Pour l'instant, il faut surtout qu'elle retrouve vite les lions perdus au milieu des flammes s'il y en a et qu'elle se sorte de cet enfer. La chaleur l'étouffe et la fumée envahi ses poumons, rendant la respiration difficile... Mais, elle est déterminée à ne pas laisser tomber.

Les flammes auront-elles raison de la reine ? Mwizi se fait-elle des idées en prétendant que des lions se trouvent encore dans la forêt ? Comment l'incendie s'est-il déclaré... ? Mais surtout... Quel clan viendra en aide aux Mohitus le temps que l'habitat de ces derniers redevienne vivable ? Ce qui est sur, c'est que toutes les terres des Mohitus sont maintenant ravagées par l'un des quatre éléments des plus destructeur : Le feu.



 
© Codage par Hishaköteki pour Epicode.


 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Janga
~ Modératrice du forum
~ Modératrice du forum
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 24/12/2013
Age : 16
Localisation : Dans une ville *q*

Feuille de personnage
Rang: Aucun
Relations:
Age: 3 ans et demi

MessageSujet: Re: [EVENT] Mohitus/Exilés/Hyènes   Ven 7 Mar - 21:57

C'était le matin et le soleil se levait à peine. On voyaient déjà les rayons de soleil passer entre les feuilles, branches de la forêt. J'ouvris les yeux, légèrement éblouie par cette lumière. Je bâillas puis m'étiras.

Je regardait aux alentours, et la rein, elle aussi, était réveillée ainsi que d'autres lionnes. Chaque matins, on se demandent toujours qui vas aller chasser pour le clan, mais cette fois c'est différent. Il fait chaud. Très chaud se serait presque la canicule.

Puis là, sous mes yeux, c'est quasiment une émeute. Les lionnes sont quasiment en trains de se battre pour décider qui vas aller chasser. Cependant, un lion revint, avec quelques proies minces dans la gueule. Cela suffit a calmer et a rassasié tout nos estomacs.

Cependant, tant que le clan entier n'est pas là, personne ne peut manger. Une lionne affirme que l'une de ses amies était partie se promener.

C'est alors que, dans le lointain, on entendîmes des bruits de course folle. Des animaux, apeurés, sortirent des buissons, d'autres venaient par la voie des airs.

Tous regardèrent vers la forêt, inquiets. La lionne qu'une compère a décrit surgit des fourrés.

Elle semblait inquiète et apeurée. Elle affirmas, que la forêt était en feu. Comment ? En feu ? Comment se fait-il ? Comment ? Mwizi était tout aussi surprise que nous. Elle se levas et courût.

Je pensas immédiatement a Wawindaji. Je ne la vit nul part. Amani non plus. Il est peut-être là, mais je ne le voit pas.

Mon cœur battit la chamade. A tout rompre.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amani
~ Président des Poissons !
~ Président des Poissons !
avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 03/11/2013
Age : 21
Localisation : Var (83)

Feuille de personnage
Rang: Petit Prince des Mohitus ~
Relations:
Age: Lionceau

MessageSujet: Re: [EVENT] Mohitus/Exilés/Hyènes   Ven 7 Mar - 23:09


    Journée tellement banale quand on y pense, le petit prince n'était pas réellement décidé à voir ce moment bon qu'à faire la sieste comme tous les autres. Certes l'idée de dormir avait quelque chose d'attirant mais il y avait tant à faire. On pouvait noter la chaleur persistante ces derniers temps & elle n'incitait pas vraiment à l'aventure. Mais le jeune lionceau au pelage doré ne l'entendait pas de cette oreille & ce n'est pas sa mère adoptive qui l'en empêcherait. Elle dormait de toute façon, alors une courte escapade dans la jungle n'allait tuer personne.

    Amani s'élança donc d'un pas assuré vers la jungle, ne prenant pas le temps d'avertir qui que ce soit de son absence. Il connaissait la jungle comme sa fourrure alors il n'y aurait pas de problèmes pour se retrouver. Il serait de retour dans quelques minutes rien de plus, juste le temps de se dégourdir les pattes. Il balaya rapidement du regard tous les autres lions, notant la présence de sa sœur adoptive : Janga. Un petit sourire étira les babines du jeune lionceau puis celui-ci parti à l'aventure.

    Inspirant l'air à plein poumons, Amani profitait du décor qui l'entourait comme à chaque promenade qu'il s'accordait. Il aimait parcourir ce qui serait son royaume plus tard, apprécier toutes les richesses dont il regorgeait. Ce lieu était tout simplement le paradis sur Terre & le lionceau ne distinguait pas la part d'Enfer qui se dessinait progressivement. Il s'enfonçait toujours un peu plus, ne prenant pas garde au temps ni même au changement qui se profilaient.

    Ce sont des petits animaux affolés qui lui glissaient entre les pattes qui le surprit en premier lieu. Puis après les petits animaux se sont transformés en gibier bien plus gros. Plaquant les oreilles sur sa tête, le lionceau au pelage doré se précipita près d'un arbre au tronc creux pour s'y abriter. Peu importe la menace qui faisait face & qui provoquait tout ce tapage, le lionceau était persuadé être en sécurité.

    Il sentit l'erreur venir. La température avait encore cruellement augmenté & une odeur bien désagréable vint lui titiller le museau. Il réalisa avec horreur ce qui était actuellement à l’œuvre dans la forêt. Il sortit en panique de sa cachette pour être abattu par le bruit assourdissant des flammes qui crépitent. Le lionceau essaya d'échapper agilement à toutes les flammes qui se propageaient. Il doutait de sa capacité à pouvoir s'en sortir tout seul. Il appelait à l'aide avec force & espoir, à s'en déchirer les poumons.

    « Quelqu'un ! Pitié à l'aide, je suis là ! »

    Plusieurs fois il renouvelait son appel. Plusieurs fois il n'entendait aucune réponse & son souffle commençait sérieusement à se faire court. Il s'arrêta préférant s'économiser. Cependant la perspective qui s'offrait à lui était loin d'être réjouissante. Il essayait de s'en sortir, de retrouver le chemin mais avec toutes ces flammes il n'arrivait pas à s'y retrouver. Sa gorge se serrait face à sa situation & au peu d'espoir qui lui restait. Quelques larmes coulèrent le long de ses joues jusqu'à entendre un cri :

    « Ohé ! Y'a quelqu'un ! »

    Il ne pouvait que répondre en s’égosillant autant qu'il le pouvait :

    « Je suis là ! S'il te plaît vient me chercher... »


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kibuwa
~ Administrateur du Forum
~ Administrateur du Forum
avatar

Messages : 102
Date d'inscription : 24/10/2013

Feuille de personnage
Rang: Future Chef Des Exilés (avec des majuscules ça fait trop classe ! *w*)
Relations:
Age: Adolechiante x)

MessageSujet: Re: [EVENT] Mohitus/Exilés/Hyènes   Sam 8 Mar - 1:07

Voila plus d'une heure que je rôdais désespérément sur le territoire des Exilés. Mon territoire. Celui que je serai amenée à gouverner un de ces jours. Et qu'est-ce qu'on pouvait s'y ennuyer sur ce territoire bon sang ! Ma mère me jetait des regards à la fois inquiets et menaçants. Je lisais dans ses yeux que je n'avais pas interêt de faire le mur aujourd'hui... Je devais rester dans l'ennui le plus total pour le bon plaisir de madame la reine... Franchement, quelle casse-pieds !
Je tournais en rond, lançant des oeillades furtives à ma mère également. Mon regard lui signifiait sans doute que je comptais m'échapper dès qu'elle aurait le dos tourné puisque son expression devint plus sévère. J'avais beau avoir prétendu que les grands rois du passé avaient peut-être besoin de moi en ce moment même pour sauver le monde, elle ne sembla pas s'en émouvoir.

J'ai même tenté de la faire culpabiliser en lui répètant qu'elle empêchait le sauvetage du monde et qu'à son arrivée vers le grand Mufasa – puisque c'est comme ça qu'il s'appelait le manitou – il la disputerait fort et elle ne ferait pas la maligne, tout ces longs discours n'ont été que vains. Tout ce qu'ils m'ont rapportés, c'est une gifle et une bonne grosse leçon de morale... Comme quoi, essayez de convaincre les adultes, ça sert à rien. Ce sont des êtres relativement renfermés dans leurs idées, qui ne pensent qu'à ce qu'ils veulent et pas aux conséquences morales que leurs décisions peuvent avoir sur les autres. Elle ne savait pas, ma mère, quel impact sa punition avait sur mon moral... C'était une torture ! J'étais à l'agonie ! Il fallait que je vois du pays...
Aussi, profitant d'un moment de son inattention que je n'esperais plus voir venir, je filai en douce. Ma mère étant la chef des exilés, elle était souvent bien plus préoccupée par des affaires plus importantes et primordiales pour le clan. Peu lui importait dans ces moments-là, de l'endroit où pouvait bien se trouver sa fille en quête d'aventure... Enfin, c'était au moins ce que j'osais esperer en cet instant.

A pattes de velours sur le sol, les oreilles attentives au moindre bruissement de feuilles, je m'éloignais. Je ne vous cache pas que la peur me tordait l'estomac. Si on me voyait, si on remarquait que je prenais la poudre d'escampette (c'est qui Escampette... J'lui ai jamais pris quoi que ce soit...), ma mère allait me ramener par la peau du cou plus vite que ce que je serais amenée à le croire. Aussi, j'essayais de me dépêcher tout en restant la plus discrête possible, ce qui n'est pas vraiment chose facile avec le stress qui tambourinait dans ma poitrine, accelerant les battements de mon cœur. Ma tension augmentait.
Ce n'est qu'une fois hors du champ de vision des lions de mon clan que je me lâchais d'un coup, souriant d'un air vainqueur. J'avais réussi ! Néanmoins, une pointe de reproche me pinça le cœur. Je la détestais cette pointe de regret qui me rappelait que quelque part au fond de ce corps agile qu'est le mien, j'avais encore un cœur. J'étais encore capable d'éprouver des sentiments. Je grondais instinctivement en parvenant à cette conclusion. Pourquoi ? Pourquoi j'en venais parfois à penser ce genre de chose ? Ces sujets étaient pitoyables. J'allais tomber dans la folie si ça continuais comme ça. L'ennui n'est vraiment pas fait pour être mon ami. Pourtant, c'est mon compagnon de vie lorsque je suis sur les terres des exilés. Malheureusement.

J'arpentais les territoires des Sunlanders lorsqu'arrivée près de l'une des frontières, je remarquai un amas de proies. Etrange. Ca dégageait une forte odeur de décomposition. Je m'éloignais, chassée par cette senteur désagréable. Je me réfugiais plus l'écart, un peu à l'abris en cas d'attaque. Je décidai de passer la nuit par là. De toute façon, la nuit commençait à prendre possession des terres alentours et celle-ci ne faisait pas exception. Je n'avais pas le temps de faire demi-tour et de toute manière, je n'en avais aucune envie.
Le lendemain, je fus réveillée par des bruits d'affrontement. Je me redressais, alertée et paniquée. Prête à l'attaque. Je fis de nouveau en sorte d'être la plus silencieuse possible. Les Lowlanders étaient là, en train de lutter sous un soleil de plomb contre les Sunlanders. Valait mieux pas pour moi que je reste là. On allait croire que je voulais espionner ou m'emparer des proies. En plus, il me semble que les proies sont coupables de cet échange pour le moins violent... Elles appartenaient aux Lowlanders. Je le savais puisque je me rendais souvent en Lowland pour chasser. Et ce genre de proie dans le désert... C'est juste impossible.

Toute cette agitation me coupa l'appétit. Je me levai et poursuivis ma route. Il fallait tout de même que je mange. Priorité pour l'instant : s'enfuir sans être remarqué. De toute manière, les deux clans étaient bien trop acharnés pour prêter une quelconque attention aux alentours. Une fois plus loin, sur les terres des Mohitus, je me rendis vers un point d'eau très éloigné. Je n'étais pas sur mes terres et donc, si je croisais un lion ici, j'étais en tort et il serait parfaitement en droit de me chasser, voir de me tuer. J'étais l'intruse, aussi je n'étais pas tranquille. Mais en même temps, je sentais l'adrénaline parcourir mes veines, et c'était délicieux... Un ressentis intense qui me fit sourire. Je pris tout de même le temps de chasser une proie car la faim se faisait sérieusement sentir maintenant que les effluves de corps en décomposition n'étaient plus présents pour la couper. Je me restaurai et m'allongeai. Il était aux environs de midi et je décidai de piquer un somme.
Je fus brutalement réveillée par un herbivore paniqué qui m'écrasa la queue. Je poussai un rugissement haineux et il me vint l'envie folle de lui courir après pour lui montrer de quel bois je me chauffe, mais je ne le fis pas. J'étais à ras de le prendre en chasse, mais les autres animaux paniqués qui déboulaient de nul part pour suivre une seule direction m'intriguèrent. Au lieu de fuir comme mon instinct me suppliait de le faire, je me rendis dans la direction opposée. J'étais curieuse de nature.

Le feu. Je restai longtemps là, à l'admirer... Les flammes. Puissantes, destructrices. Un sourire sadique illumina mes babines. J'imaginais le reflet de cet élement briller dans mes prunelles couleur ambre. J'admirais le feu. J'avais souvent eu l'envie de le toucher, de l'effleurer. Je me sentais proche de lui. Mon caractère était assimilé à celui, destructeur et sans pitié, indomptable et inépuisable, du feu. Mon sourire s'accentua

- Ohé ! Y'a quelqu'un !

Oh... Tient donc... Qui peut bien se promener dans les environs ? Les autres sont-ils fous ? J'veux dire, faut vraiment être timbré pour s'approcher des flammes et oser demander si quelqu'un se trouve là... Mon oreille avait pivotée en direction de la voix. Irritée. Cette voix m'avait agacée à la seconde même où je l'avais entendue. Puis je me rappelais... Je n'étais pas chez moi. Si une lionne se trouvait dans les environs... J'étais cuite !
Je voulu fuir. Je commençai à réflechir à un plan... Lorsque soudain :

- Je suis là ! S'il te plait vient me chercher !

Non mais... Pis quoi encore !? Ils pensent qu'une forêt en flamme c'est un coin idéal pour une balade en famille ? Sont bêtes ou quoi ? En même temps, la voix de la lionne semblait si loin... Et celle du lionceau, si près de moi et si paniquée... Je connaissais cette panique.
Sans vraiment savoir pourquoi et sans vraiment réflechir, je me ruai en direction de la petite voix. Je ne voulais pas qu'un lionceau meurt alors que j'aurais été dans la capacité de le sauver. Je m'en voudrais. Une fois de plus, je haissais ce cœur qui battait quelque part dans ma poitrine. J'arrivais vers le lionceau. Il était d'une belle couleur soleil. Je su de suite qui il était. Le prince des Mohitus. Voila ma chance, ils ne me tueraient pas si je sauvais leur prince... Kibuwa, tu as le don pour te mettre dans les ennuis... On m'avait déjà parlé du prince des Mohitus et on me l'avait tellement décrit qu'en le voyant pour la première fois, c'était comme si je le connaissais depuis toujours.

- T'es le prince toi non ?, demandais-je.

Oui je sais. Les abres tombent, le feu brule tout et je suis là, à faire la causette. Mes poumons me brûlaient... J'articulais d'une voix rauque en toussotant légerement :

- Bon, je vais te sortir de là, fais-moi confiance. J'fais pas partie de ton clan, je suis une exilée et la seule lionne des environs à pouvoir te venir en aide. Alors soit tu te laisses faire, soit tu crèves ici.

Sans même lui laisser le temps de répondre, je le saisis par la peau du cou et le plaçai sur mon dos. Je devais bien encore dégager une odeur sauvage, une odeur agréable de voyage...

- Respire l'odeur de mon pelage si ce n'est pas celle de la fumée. Je te... sors de là...

Mes yeux me piquaient, je toussais, ma gorge me brûlait, mais mon cœur battait très fort. Pour une fois, je ne le détestais pas ce cœur... Il me rappelait que je voulais des lionceaux. J'aimais les lionceaux et si j'en voulais, je devrais être dans la capacité de les protéger.
Je ne saurais dire si c'était à cause de la fumée qui empoisonnait peu à peu mon cœur ou à cause de sentiments enfouis au plus profond de mon âme, mais au moins, mon but était clair dans ma tête : Je devait sauver le prince des Mohitus, au risque de sacrifier ma vie pour lui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Uvuvi
~ Nouveau(elle) Venu(e)
~ Nouveau(elle) Venu(e)
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 26/02/2014
Age : 16

MessageSujet: Re: [EVENT] Mohitus/Exilés/Hyènes   Mar 11 Mar - 0:40

Spoiler:
 

Un journée minable avait pointé le bout de son nez. Le soleil, à peine perceptible chez nous, chez les exilés, se levais. Je me levas et étiras mon corps musculeux. Bâillas, dévoilant ainsi mes dents, ou devrais-je dire, crocs. Je regardait autour. Les minables membres du minuscule clan de Kibuwa dormait encore.

J'affichais un petit rictus aux lèvres. Regardant les lionceaux contre leurs mères. Pour eux, un coup de patte, un coup de crocs ou de griffes.. il y a tellement d'options différentes pour tuer un misérable gamin. Mais pour moi, il faudrait plus que ça. Je vais me vanter. Je me qualifies d'imbattable. Certes je suis pas invincible cependant, pour moi c'est comme si je suis imbattable.

La chef, Kibuwa, tournait en rond sur notre territoire. Ce n'est pas encore la chef certes, mais bientôt. Elle tournas en rond, comme pour essayer de réfléchir. La chef, sa mère, lui lançait des regards plus que féroces. Des regards qui donnait l'impression que sa fille allait s'envoler.

Sa mère, elle est minable. Je la trouve pathétique et minable. Elle ne laisse aucune liberté à sa fille. Depuis quand je me souci des autres moi ? Bien.. je me suis toujours soucié de Kibuwa. Elle a beau être jeune elle fait toujours preuve d'une grande sagesse que j'admire. Un sadique qui admire la sagesse de l'autre.. jamais vu-ça vous me diriez ! Cependant je ne sais pas, il y a un truc puissant qui m'attires en Kibuwa.. quelque chose de dominant. Je ne sais quoi.

A vrai dire, la seule lionne ou lion que j'aime bien et que j'apprécie dans ce monde de ratés, c'est bien elle.

J'étais assis, la fixant. Puis dès qu'elle me fixait je tournait le regard. Je lanças un regard furtif a la chef, puis je M'éclipsa en douce, bien avant Kibuwa. La chef semblait bien trop occupée a regarder sa fille tourner en rond. Mais moi, j'ai un but dans la vie. Me lever le popotin et faire des trucs. Pas rester dans un trou perdu, jusqu'à ce que mort s'ensuive.

Je m'en fiche de ce que la chef vas dire quand elle remarqueras mon absence, je m'en fiche bien. Qu'elle m'engueule si elle veux, sa ne changeras rien. Je m'éclipserais toujours, j'enpièterais les autres territoires, je ferais rager des lions, et peut-être même un peux plus. Plus ? Oui plus.. c'est-à-dire des crimes.

J'ai soif de crimes. De meurtres. Depuis mon exil, je n'en aie fait aucun. Ça me manque. Je partis, je m'éclipsais donc.

Je partis, dans un endroit.. j'allais ici et là à vrai dire. Nul part.. et par là bas. Partout. Jusqu'à ce que je vois une fumée au loin. L'odeur de la fumée vint titillé mes narines.

Je suivit donc l'odeur, et plus j'approchais, plus l'odeur se fit forte.

Mais je réussis également a distinguer l'odeur de kibuwa. Comment a-t-elle fait pour me dépasser ? Enfin bref, trêve de bavardage.

Je fut maintenant au pied d'un grand arbre brûlé. La forêt des mohitus, la jungle entière était en feu. Les flammes orangées attiraient d'avantage mon regard. Un large sourire s'étira alors sur mes babines. C'était peut-être l'occasion ou jamais.. de faire un petit crime. Si des lions sont restés prisonniers. Peut-être les aiderais-je a s'enflammer plus vite. Ou les tuerais-je avant. Je ne sais pas. Un cri me fit sortir de mes pensées. Un cri de détresse. Oh.. un lion en danger ? Je suivi le cri. Je bondissais, me faufilais agilement entre les branches, arbres et tronc calcinés. Même dans les flammes aussi.

Je vit, devant moi, un petit au creux d'un arbre. Qui hurlait. Je ricanais. Je me cachais.. je me camouflais avec le paysage enflamé. Le feu, la fumée camoufleras mon odeur. Je vit Kibuwa, bondir agilement, et prend le petit pour ensuite le sauver. Quel spectacle. C'était dynamique.. Kibuwa était très dynamique. Mais elle ne seras pas très contente quand elle vas savoir que j'aurais tué quelque lions. Que j'aurais profiter de cet occasion pour filer et retracer les lions.

Je me bougeas donc mes grosses fesses du sol, pour me faufiler entre les branche calcinées. Entre les flammes. Mais cette fois, j'entendis un autre cri de détresse. Celui provenant d'une lionne. Je fonçais a toute vitesse, dans les flammes dansantes.

Malheureusement, je trébuchas et tombas tête première sur un tronc en feu puis roulas au pied d'un lionne. Je relevas la tête, puis la fixais. Je sentis une horrible douleur sur mon ventre, ma queue. Une grosse pression également. Je me suis brûlé. Je m'affaiblissait.

Je serrais les dents, restant allongé sur le sol. Mon meurtre, je pense que je ne le ferais jamais. Mais si la faucheuse, ma maîtresse doit venir me chercher, qu'elle le fasse, je l'attend.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mwanga
~ Nouveau(elle) Venu(e)
~ Nouveau(elle) Venu(e)
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 17/11/2013
Age : 18
Localisation : Quelque part où vous ne me trouverez pas !

Feuille de personnage
Rang:
Relations:
Age:

MessageSujet: Re: [EVENT] Mohitus/Exilés/Hyènes   Mer 12 Mar - 20:39

Je suivais Kibuwa du regard. Tout dans son attitude indiquait qu’elle attendait que sa mère, la reine, tourne le dos pour que l’ange prenne ses pattes à son cou. Et quand elle y arrivera, je voudrai être prête. Je devais la vie à cette Princesse, elle m’avait sauvé des pigeons-vautours -qu’ils aillent brûler dans l’enfer du Lion-Diable !- Je baillai et fermai les yeux une seconde et quand je les rouvris... Sacre bleu ! La reine était partit et la Princesse s’était esquivé. Je grommelai. Elle ne pouvait pas m’attendre ?! Aussitôt je me mis sur mes pattes et m’élançai là où elle s’était tenue un instant plutôt. Je posai mon museau par terre et essayai de faire comme les grands pour sentir la piste et voir de quel côté elle était partit. Je pris une grande inspiration et... POUAH ! Je toussai, j’avais respiré de la poussière et s’était franchement désagréable ! Je relevai aussitôt la tête et... Oh ! Miracle ! Une tâche brune qui file ! J’ai retrouvé la Princesse ! Toute heureuse je m’élançai dans cette direction. Mes pattounes ne s’étaient pas encore tout à fait remise de ma marche forcée avec Maman mais l’avantage c’est que j’avais gagné de l’endurance. J’allais quitté les limites du clan quand une patte me cueilli au vol. Cette fourbe m’avait attrapé sous le ventre. Je regardai la propriétaire de la patte et reconnu une lionne qui c’était mise en devoir de me surveiller. Une tutrice. Voilà ce qu’elle m’avait dit. « Je serai ta tutrice d’accord ? » Et bah non ! Pas d’accord du tout ! Pis d’abord c’est quoi une tutrice ? Je rabattis mes oreilles en arrières et me débattis avec des grognements désespérés. Mais la lionne me tenait en l’air. Je la regardai et lui fit un grand sourire :

- Dites, c’est super drôle comme jeu mais là il faut que... (Si l’ange apprend que je l’ai cafté elle va me passer une triquée...) Que j’aille chasser des papillons ! (C’est une excuse plausible ça ?)

Je la regardai un instant attendant qu’elle me repose. Elle faisait une drôle de tête. Un sourcil levé et un autre baissé. Elle me regarda longuement et me fit :

- Ah oui ?

Argh ! Elle a flairé le truc ! Aussitôt je lui murmurai avec un air de conspiratrice.

- Bon, d’accord, je ne vais pas vraiment chasser des papillons... La vérité c’est que... La reine m’a donné une mission très importante et tu ne voudrais surtout pas compromettre c’est une  mission... (Je cherchais un adjectif adéquat, un adjectif de grand ! Un adjectif important ! Un adjectif qui en jette !) Missionnaire !

La lionne baissa l’autre sourcil et me regardai avec cet air de « Je-ne-suis-pas-née-de-la-dernire-pluie-alors-maintenant-dis-moi-la-véritée ». Juste après cet air là je poussai un soupir et regardai l’horizon. La silhouette de l’ange avait bientôt disparu ! Je paniquais et débitai rapidement :

- Bon, d’accord, je ne vais pas loin et je ne rentre pas tard... Je serai de retour avant qu’il fasse nuit noire. (La lionne attendit, je tentai alors) Que le soleil se couche ? (Toujours pas de réaction.) Que... que... Que les chasseuses reviennent ! Je serai là pour le dîner ! (Toujours rien.) Bon, je serai là dans une heure ! Je peux y aller ?

Cette fois la lionne sourit et me reposa par terre. Je fis quelques mètres avant de crier :

- Au revoiiiiiiiiiiiiiir !!

Et je repartis au triple galop. Mes muscles puissants me propulsaient haut dans le ciel. Et je retombais souplement sur le sol. Les herbes n’avaient même pas le temps de se rendre compte de mon intrusion que je rebondissais déjà à une dizaine. Que dis-je ! Une centaine de mètre de là ! Aussi rapidement que quand je me retournai... Je trébuchai et m’étalai de tout mon long. Aaaaah... C’est tellement dur de courir vite... J’avais à peine parcouru quelques dizaines de mètres que j’étais fatiguée. Je repartis d’un trot plus léger. Et je soupirai en pensant qu’en plus, j’avais laissé une piste bien visible dans les herbes et que je n’avais même pas réussi à bondir haut et que je ne m’étais même pas réceptionnée souplement. Comme la vie est difficile...

Un, deux trois, quatre... un, deux, trois, quatre... un, deux, trois, quatre... Bam, bam, bam, bam... bam, bam, bam, bam... bam, bam, bam, bam... bam, bam, bam, bam... Les foulées s’enchaînaient ainsi à l’infini. Une fois le rythme trouvé je pouvais tenir plusieurs heures comme ça. Malheureusement j’avais un gros souci qui occupait tout mon esprit. J’avais perdu la trace de la Princesse en vadrouille et je m’étais perdu aussi. Quelle poisse ! Vraiment pas de pot... Je ne savais même pas où j’étais... Mes foulées se faisaient plus lourdent. Le soleil se couchait à l’horizon. J’étais perdu et loin de mon clan. Quelle idiote je fais... Je me dis vaguement que ma tutrice en tutu (D’où me viens cette étrange expression ? Bon, passons, j’ai d’autres sujets plus importent qu’une tutrice en tutu). Bref, elle, et bah elle est sûrement en train de se ronger les griffes parce que l’heure elle est passée depuis longtemps. En attendant, il faut que je trouve un endroit tranquille pour piquer un somme moi parce que sinon je vais finir par dormir debout. Je me dirigeai vers un buisson qui était apparu comme par magie. Je me faufilai dedans et le fis un petit nid et me débarrassant des brindilles en trop et je refermai le petit trou que j’avais fait en rentrant. Je tournai deux fois sur moi-même et me couchai. Je pense que je me suis aussitôt endormie parce que je ne me souviens plus de rien. Bonne nuit !

Je baillai et ouvrit les yeux. Mon dieu ! Je me suis fait manger pendant mon sommeil ! Je suis dans le ventre de quelque chose ! J’ai beau regarder tout autour de moi je ne vois que des parois étroites. Je me débats, je plante mes griffes dans le ventre du monstre, je miaule de plus en plus fort à la manière des lionceaux et soudain je me souviens. Le buisson. Je pousse sur les brindilles qui m’ont permis de rentrer et je me dis qu’il ne fallait pas que je raconte cela à quelqu’un. On allait se moquer de moi. Je baillai et constatai que le soleil n’allait pas tarder à se lever. D’habitude je dormais bien plus longtemps. Pourquoi m’étais-je levée aussi tôt ? Je ne savais pas. Mes pattounes demandaient à être dégourdit mais il y avait pire. Bien pire. Hier, terrassée par la fatigue je ne m’en étais pas rendu compte. Mais je mourrais de faim. Et de soif. Je poussai un soupire. Ce n’est pas comme si c’était la première fois... Je partis donc d’un trot léger droit devant moi. La nuit ne m’avait pas annoncée où j’étais et je me retrouvais aussi paumé que la veille. Je poussai un gros soupire.

Au bout d’un long moment -le soleil était déjà levé depuis longtemps- j’aperçu dans le ciel une colonne de fumée noire. Je l’inspectai craintive. Mon instinct me soufflait de faire demi-tour et de détaller, mais la pression de ma curiosité fut plus forte et je me mis en avant. Au bout d’une bonne dizaine de minutes je remarquai que c’était une forêt. Mais elle était très étrange. Il se passait quelque chose de pas normal. N’aillant jamais vu de feu je ne pouvais pas deviner ce qui se passait ni mesurer le danger. Je m’approchai encore, résolue à découvrir ce qui se passait. Je passai vers un groupe de lionne qui s’étaient regroupée par là. Certaines me lançaient un regard étrange en constatant qu’elles ne me connaissaient pas. Mais elles étaient trop occupées à contempler le spectacle pour s’occuper d’un lionceau qui de toutes façons ne pouvait pas faire grand mal. L’image de tous mes morts défila devant mes yeux et je me corrigeai. Qui de toutes façons ne pouvait pas faire grand mal pensaient-elles... Je tendis l’oreille en entendant les brides d’une conversation :

- Le feu... il parait... des lions... la Reine !

- Impossible ! ... Danger... chaud... mort... le Roi ! Lionceau... éventuelles... lions disparu...

Intriguée par tout ça je m’approchai du groupe et questionnai :

- Il se passe quoi ici ?

On me regardait comme si je venais de la lune. Aussitôt je les rassurai :

- Non, je viens bien de la Terre ! Je me suis perdue.

- Que viens-tu faire ici petite ? (La lionne qui parlait me regardait avec méfiance. Je lui offrit mon plus beau sourire. Elle repris sur le ton du reproche) Tu n’as pas le droit d’être là !

- Et bien en faites... (Mensonge ou vérité ?) Je chassai des papillons ! (Constatent que les lionnes me regardaient de plus en plus étrangement je me décidai à sortir le grand jeu) Bon, d’accord, c’est la Reine... (Aussitôt leurs oreilles se dressaient elles écoutaient attentive avec une lueur d’espoir dans le regard que je ne compris pas.) ... Elle m’a donné une mission très importante ! (Leurs yeux se ternirent elles soulevèrent légèrement les babines dans un bel ensemble et poussèrent un grondement qui me fis froid dans le dos.) Bah quoi ? Bon, d’accord, je suis juste perdu et j’ai espéré que la fumée attirerait quelqu’un ici et qu’il pourrait me dire où est mon clan.

- Parce que tu n’es pas du clan ?!

Sentant les ennuis arrivés je m’empressai de bafouiller un énième mensonge :

- Bah si ! Je vous ai retrouvé ! Franchement ! Si j’étais une exilée je ne m’approcherai pas autant ! Je ne suis pas idiote non plus !

Les lionnes m’expliquèrent rapidement en trois phrases bien senties ce qu’il se passait.
« Il y a le feu à la forêt. La Reine est allée voir s’il reste des lions à l’intérieur. Elle, ainsi que tout les lions restés à l’intérieur sont en danger de mort. » Je frissonnais voilà qui était... Diablement palpitant ! Ca sentait l’aventure à plein museau ! Aussitôt je m’élançai dans la direction du brasier. Une des lionnes essaya de me rattrapée mais je fus bientôt si près du feu, que prise de peur elle fit demi-tour. Je me faufilai entre deux grands arbres et je regardai autour de moi. J’avais débarqué dans un monde nouveau, ici tout était vert, brun et rouge. Etrangement les tâches rouges bougeaient dans tout les sens. La fumée me prenait le museau et me faisait tousser. Tout crépitait autour de moi en un vacarme horrible. Et il faisait chaud. Terriblement chaud. Tout mon instinct me crier de prendre mes pattes à mon cou et de partir d’ici. Je me retournai un instant et me rendis compte que je m’étais enfoncée dans la forêt plus que je ne l’aurai cru. Je tendis l’oreille et prudente, je m’approchai d’une fougère en feu. Ce rouge était très étrange et je tenais à l’examiner. Alors que je faisais encore un pas, quelque chose craqua sinistrement au dessus de ma tête et par réflexe, je fis un énorme bond en arrière le poil hérissé, évitant ainsi de me faire écraser par une énorme branche parsemée de rouge, le rouge montait en l’air, crépitait et redescendait, à peine une flammèche perdait un peu d’altitude et de puissance qu’une autre venait la nourrir et elle regagnait en intensité, en continuant cette danse captivante et dangereuse. J’avançai vers la branche et posai mes deux pattes avant dessus pour l’escalader. Aussitôt les langues rouges se rapprochèrent de mes pattes. Je remarquai que l’écorce était étrange. Mais à peine le rouge me toucha que je fis un bond en arrière. Mes poils et mes coussinets en feu. Je fis des drôles de cabrioles en espèrent que ça soulage la morsure du feu. Je secouai les pattes et je remarquai que des petites flammèches prenaient naissance dans mes poils. Elles me faisaient trop chaud. C’est minuscules trucs de rien du tout me faisaient mal ! Je passai un coup de langue dessus et aussitôt elles me mordirent la langue. J’en avais les larmes aux yeux. Mais je remarquai que la flammèche que j’avais léchée n’était plus là. Je me léchai donc rapidement mes pattes et constatai avec bonheur que le rouge disparaissait. Aussitôt le mal diminua en intensité. Je regardai autour de moi. Pendant que je combattais les flammes de mes pattes, le paysage avait changé. Je ne reconnaissais plus rien et... J’étais une nouvelle fois perdue ! Et mon instinct qui me criait toujours de m’enfuir. Je l’écoutais. Je m’élançai en avant et me faufilai aussi vite que possible entre les flammes. Je m’enfonçai dans la forêt. Les flammes étaient de plus en plus haute et de plus en plus menacentes. Je courai à en perdre alène. Autours de moi tout était crépitement, danger et chaleur. Je fonçais droit devant, tout à coup je trébuchai et m’étalai de tout mon long. J’étais passée de justesse entre les flammes d’un tronc. Je me relavai d’un bond et constatai que je m’étais écroulée sur un lion. Son pelage était fauve, sa grande crinière brune tirant vers le rouge. Je le regardai un coup, puis descendis. J’étais tombée juste avant sa hanche, mais comme j’étais un poids plume, peut-être ne m’avait-il pas remarqué... J’espérai. Par précaution, je m’assis, et lui fis un grand sourire. D’une petite voix je m’excusai :

- Pardon je suis tombée et...

Je le regardai mieux. Il n’avait pas l’air très bien. Je me précipitai sur lui et le secouai en posant mes deux pattes avant sur son flan et en appuyant très fort :

- Hey Monsieur ! Monsieur ça va ? Monsieur !!

Je regardai son pelage, puis mes pattes, on avait les mêmes marques de brûlures. Je montais sur son flan et lui donnai un grand coup de langue, de plus en plus vite. Je levai les yeux et criai, une branche était en train de se décrocher de l’arbre le plus proche. Elle allait nous tomber dessus ! J’aurai pu m’écarter mais je refusai de laisser le lion. J’avais l’étrange impression de l’avoir déjà vu. Je ne savais plus trop où. Peut-être dans mon ancien clan. Ou alors dans le nouveau... Je savais que ses yeux étaient verts. Oui, je l’avais déjà vu ses étranges yeux verts. Ils n’étaient pas tout à fait pareils. Je m’en souvenais. Alors, instinctivement je me mis à appeler ce qui se rapprocha le plus d’une mère pour moi :

- KIBUWA !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [EVENT] Mohitus/Exilés/Hyènes   

Revenir en haut Aller en bas
 
[EVENT] Mohitus/Exilés/Hyènes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [salon] Japan Event... à Clermont-Ferrand !!!
» Movie and Comic Event (18 au 19 Septembre 2010)
» Japan event clermont-ferrand 6-7 novembre 2010
» Pin Event au phantom Manor
» Press Event du 6 novembre et journée du 7 novembre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Roi Lion 4, La Guerre des Clans :: Zone à RP :: La Jungle :: La Forêt Tropicale-
Sauter vers: